Festival d'Avignon 2019, je suis sur le pont

September 12, 2019

C’est dans les starting-blocks, tel un pilote automobile prêt à courir les 24 d’heures du Mans que j’ai abordé le festival d’Avignon.

 

A peine le top départ est-il donné que nous voilà lancés en toute hâte, la chargée de communication du spectacle et moi dans les rues d’Avignon pour accrocher nos  affiches.

 

 

L’effervescence, la précipitation, la chaleur estivale et l’affolement dus à la crainte de ne plus trouver d’emplacements disponibles faisaient monter la pression.

 

C’est dans cette ambiance survoltée que nous nous sommes dispatchés le travail entre dépôt de flyers dans les points stratégiques d’Avignon, relances téléphoniques auprès des professionnels et préparation des interviews radios à venir.   

 

J’ai beaucoup aimé les interviews radio. En radio, pas de silence possible, il faut «meubler » si l’on ne veut pas passer aux oubliettes.  Je sais de quoi je parle, j’ai commencé ma carrière comme mime à la radio.

 

Chaque jour nous préparions des bouquets garnis de ballons à distribuer aux enfants pour leur faire gagner des invitations, au risque de nous envoler avec nos ballons par temps de mistral.

 

C’est tellement touchant de voir les yeux attendris d’un enfant tendre la main pour demander un ballon.  C’est encore plus émouvant de le voir bondir de joie lorsqu’il a gagné une invitation !

 

C’était moins agréable de voir une ribambelle de garnements se précipiter sur nous sans rien nous demander pour nous arracher nos ballons des mains. Un matin j’ai même été dépouillé de tous mes ballons en un éclair après avoir croisé une colonie de vacances !

 

 

L’autre rituel sans lequel Avignon ne serait plus Avignon est naturellement la distribution des flyers.

 

Il est important de distribuer nos flyers en costume de scène, ce qui permet aux festivaliers de nous identifier.

 

C’est ainsi qu’un couple de comédiens qui jouaient après moi distribuaient presque nus, leurs flyers avec simplement en guise de cache sexe non pas une feuille de vigne mais une pancarte avec écrit dessus le titre de leur spectacle « En panne ! ».

 

Inutile de distribuer vos flyers à tout venant. Mieux vaut avoir préparé auparavant un petit laïus sur le spectacle et faire l’article avec tact aux festivaliers installés à la terrasse d’un bistrot. Par exemple :

 

Moi : «  Bonjour »

 

Festivaliers : « Alors de quoi parle votre spectacle ? Racontez nous ! »

 

 Moi : « C’est une galerie de portraits qui raconte mon parcours de comédien, je joue une vingtaine de personnages… »

 

Festivaliers : « Une vingtaine de personnages à vous tout seul. Bravo ! »

 

Vous voyez les vrais festivaliers, les afficionados sont en général gentils et jouent le jeu.  Ils sont venus pour voir des spectacles et pourquoi pas le mien après tout ?

 

Je passe à la table à côté :

 

Moi : «  Bonjour, alors c’est un seul en scène qui raconte…  (coupé net dans mon élan)

 

Festivaliers : «  Est ce que c’est drôle ? »

 

Moi : «  Oui c’est drôle et c’est à 50 mètres »

 

Festivaliers : « Alors on vient, allez-y faîtes nous rire ! »

 

Moi : «  En plus, si vous dîtes le mot de passe «  ballon » à la caisse, on fait une place achetée, une place offerte »

 

Festivaliers : « Concrètement, çà veut dire quoi, une place achetée, une place offerte ? »

 

Moi : «  Vous payez une place, vous venez avec votre copine et vous la mettez sur vos genoux !»

 

Cà y’est, je sens que le festival a démarré sur les chapeaux de roues !

 

 

Surtout ne vous découragez pas ! Les autres comédiens s’en chargent. Si par inadvertance vous avez  distribué vos flyers à d’autres comédiens ils vous répondront par exemple : « On ne peut pas venir vous voir, nous aussi on joue … 3 spectacles chaque jour et en plus on est complet ! ». 

 

Si çà vous arrive, soyez comédien jusqu’au bout, faîtes semblant de vous intéresser à leur spectacle :

 

Moi : « A quelle heure jouez vous ? A 15h00 ? Ah quel dommage j’aurais tellement aimé venir vous voir, je ne peux pas, j’ai justement une interview à 15h ! »

 

Et eux de  me  répondre «  De tout façon, vous n’auriez pas pu rentrer dans la salle, on refuse du monde tous les jours ! Je vous le rappelle on est complet ».

 

Les trois derniers jours  du festival tous les festivaliers sont partis,  les Avignonnais qui ont fui le festival ne sont pas encore revenus, c’est une ville fantôme ! Il n’y a plus que des comédiens qui distribuent des flyers à d’autres comédiens, surréaliste !

 

Quand vous distribuez vos flyers, arborez votre plus beau sourire et dites bonjour à votre interlocuteur ou au revoir à ce dernier si vous n'avez pas eu le temps de lui dire bonjour tellement il est passé vite ! Parfois certains festivaliers pressés courent pour voir un spectacle.

Il y a aussi ceux qui vous qui vous ignorent et vous prennent de haut.

 

 

Pour attirer leur attention, gesticulez, faites des moulinets avec vos bras. J'ai pu ainsi mettre à profit mes cours et exercer mes talents de danseur et de mime. 

 

Si la personne ne vous calcule toujours pas, voici une technique imparable, résultat de ma longue expérience de distribution de flyers, l'heure n'est plus à la tergiversation, allez droit au but !

 

Laisser la personne s'éloigner de quelques mètres et là une fois qu'elle a le dos tourné subitement vous lui lancez à voix haute : 

« Vous avez perdu quelque chose ! »

 

Elle se retourne et vous demande : « Qu'est ce que j'ai perdu ? »

 

Et là débonnaire, vous répondez avec un petit sourire en coin : 

 

« Moi ! »

 

Rires des passants, çà fait mouche à tous les coups. Décontenancée par tant d’aplomb et de finesse, la personne 9 fois sur 10 prend mon flyer en riant si elle a de l’humour ou en grinçant des dents si elle a la rage.

 

Choisissez plutôt dans les rues d’Avignon, une future spectatrice identifiable à son collier rouge, (programmatrice)  ou  à son collier vert  (journaliste) ou encore à son collier de perles (Marie-Chantale).

 

 

Pendant le festival les rues d’Avignon grouillent de people, c’est le moment de vous faire des relations.  C'est ainsi qu'au détour d'une rue j'ai croisé Jean-Michel RIBES.

 

Moi : « Monsieur RIBES ! »

 

Pas de réponse

 

Moi : « Monsieur RIBES ! »

 

Toujours pas de réponse

 

Moi : « Monsieur RIBES ! »

 

Il s’est tourné vers moi.

 

C’est le moment ou jamais de montrer mes talents d ‘humoriste :

 

Moi : « Avez-vous un RIB ? »

 

 

Soyez à l'écoute des passants et des patients.  Ne négligez rien, toute personne qui passe dans les rues d’Avignon est un spectateur potentiel. Un(e) festivalier (e) se confie à vous et vous déballe tous ses problèmes et ses angoisses existentielles. Improvisez vous psychothérapeute et pour une fois, inversez les rôles, devenez patient. Vous êtes comédien après tout merde ! (je me dis merde à moi même, çà porte bonheur ).

 

Soyez prêt à répondre à un passant qui vous demande son chemin, la météo, le résultat du tiercé, quelle heure est-il ?  

 

Moi : « Je ne sais plus çà change toutes les secondes. »

 

Il y a aussi ceux qui ne sont pas disponibles : «  nous repartons ce soir » ou « notre programme est bouclé, nous ne prenons plus de spectacle, nous sommes complet ». Et moi de répondre «  moi aussi je suis complet ! ».

 

Quand j’ai commencé à jouer au festival d’Avignon, ma salle était vide, je rentrais sur scène bourré.  A la fin du festival la salle était bourrée, je sortais de scène vidé et à genoux !

 

A genoux, « Mets toi à genoux et tu prieras ! » disait Ariane Mnouchkine. Une semaine  après le festival d’Avignon, j’étais justement invité dans un haut lieu spirituel, près de Gap, «  Notre Dame du Laus » où la Vierge Marie est apparue pendant 50 ans à une petite bergère, Benoîte Rencurel ( 1664-1718 ).

 

 

 

 

 

 

Please reload

  • Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • YouTube - White Circle
  • LinkedIn - White Circle
  • Google+ - White Circle